Actualité 2019-2020

18 juin 2020

Bonne nouvelle

Grâce à la mobilisation des enseignantes et enseignants, le gouvernement a répondu favorablement à la demande de la FAE à l’effet de permettre aux profs du préscolaire de pouvoir inscrire “non évalué” au bulletin lorsqu’ils ne possèdent pas d’information suffisante pour se prononcer quand au niveau de développement d’un élève à la 3e étape.

Les détails sont ici.

Source : Facebook de la FAE

12 juin 2020

Déconfinement – Questions et réponses en date du 8 juin 2020

Cliquer ici pour consulter le document

8 juin 2020, 10 h 45

Changements aux Régimes pédagogiques de l’éducation des adultes et de la formation professionnelle

Vous trouverez ici les principaux changements engendrés par les décrets modifiant le Régime pédagogique de la formation générale des adultes (FGA) et le Régime pédagogique de la formation professionnelle (FP) en réponse à la pandémie de la COVID-19. Ces décrets ont été publiés le 3 juin et sont effectifs depuis cette date.

Cliquer ici pour consulter le document

5 juin 2020, 13 h 45

Camps pédagogiques

Le ministre de l’Éducation s’en remet aux commissions scolaires pour décider s’il y a lieu ou pas d’organiser des camps pédagogiques pour les élèves en difficulté d’ici la fin de l’année scolaire. Il a fait volte-face devant les pressions des milieux jugeant cette mesure inefficace quant à l’atteinte des objectifs pédagogiques visés. Dorénavant, il n’y aura plus de paramètres obligatoires venant du MEES qui encadreront les camps pédagogiques.

À la CSPÎ, la tenue des camps pédagogiques devrait se dérouler selon ces paramètres :

  1. Les enseignantes et enseignants qui sont en enseignement à distance ne seront pas sollicités(es), à moins d’une situation très particulière et très exceptionnelle car elles ou ils ne doivent pas compromettre ou interrompre la démarche actuelle auprès de leurs élèves;
  1. La direction et l’équipe-école définissent les profils des élèves à cibler qui devront être des élèves avec une vulnérabilité extrême;
  1. La direction et l’équipe école conviennent entre eux qui des membres de l’équipe école contacteront ces élèves;
  1. L’objectif est d’offrir un service complémentaire plutôt qu’un service direct;
  1. Possibilité au besoin d’une rencontre avec une ressource professionnelle pour définir les besoins de l’élève tant au niveau de la santé qu’au niveau académique. Ils pourront alors vérifier les raisons pour lesquelles ces élèves ne participent pas à la formation à distance et les inciter à y participer si possible;
  1. Les camps pédagogiques se termineront à la fin de l’année scolaire. Au secteur jeunes, seuls les cours d’été pour les élèves de 4e et 5e secondaire auront lieu, comme toujours, et ce, en respectant les mesures et directives de la Santé publique.

Pour toute question ou signalement que vous jugez important à ce sujet, veuillez informer le plus rapidement possible le membre du CA représentant votre école.

4 juin 2020, 14 h 10

Régime pédagogique modifié de l’éducation préscolaire, de l’enseignement primaire et de l’enseignement secondaire pour l’année scolaire 2019-2020

Vous trouverez ci-joint, les modifications au Régime pédagogique de l’éducation préscolaire, de l’enseignement primaire et de l’enseignement secondaire pour l’année scolaire 2019-2020 concernant l’évaluation des apprentissages ainsi que le calendrier scolaire et le nombre d’heures consacrées à des services d’enseignement ou à l’obtention d’une certification.

Cliquer ici pour consulter le document

3 juin 2020, 12 h 40

Modifications aux régimes pédagogiques des secteurs jeunes, FGA et FP pour 2019-2020

Le 29 mai dernier, le ministre de l’Éducation annonçait aux partenaires du réseau de l’éducation, sans préavis, la modification des régimes pédagogiques pour l’année 2019-2020, pour l’ensemble des secteurs et ce, en raison de la fermeture des établissements et de la poursuite des apprentissages s’étant déroulée sous des formes variées.

La même journée, le sous-ministre de l’Éducation s’adressait à la même tribune, afin de les informer des principales modalités des régimes pédagogiques modifiés dans les secteurs jeunes, à la FGA et à la FP.

Au secteur jeunes, les modifications annoncées visent à rendre valide l’année scolaire en cours. Ces modifications portent sur les obligations concernant le calendrier scolaire, le dernier bulletin et la sanction des études.

Pour la FGA, les modifications ont trait à l’évaluation des apprentissages et à la sanction des études menant à l’obtention du certificat de formation en insertion socioprofessionnelle des adultes et du certificat de formation à un métier semi-spécialisé.

Quant à la FP, les modifications portent également sur l’évaluation des apprentissages et la sanction des études.

Nous avons finalement reçuce matin, 3 juin, les décrets modifiant les trois régimes pédagogiques. Nous sommes en communication avec la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) à ce sujet et toute nouvelle information vous sera transmise, le cas échéant.

Pour toute question en lien avec les modifications aux régimes pédagogiques, veuillez communiquer avec Nancy Hénault, conseillère au SEPÎ, à l’adresse suivante : nancyhenault@sepi.qc.ca.

Serafino Fabrizi, pour le conseil d’administration du SEPÎ.

2 juin 2020, 11 h 25

Camps pédagogiques

Le 1er juin dernier, en fin de journée, le SEPÎ a été officiellement informé du contenu de la nouvelle missive ministérielle envoyée par courriel au sujet des camps pédagogiques, actuellement prévus pour une durée de trois semaines et destinés aux élèves qui présentent des difficultés d’apprentissage. Une fois de plus, le MEES oriente, désoriente et improvise dans un moment où les directions d’établissements demandent aux profs de procéder à la fermeture de leur classe tout en s’appropriant les directives changeantes quant à l’évaluation et à la production du bulletin.

Les discussions avec la CSPÎ ont été amorcées dès hier. Cette dernière est en attente d’informations supplémentaires et de précisions de la part du ministre ou du sous-ministre. La Fédération autonome de l’enseignement (FAE) nous transmettra des précisions et mises en garde à cet effet. Soyez assurés que nous vous transmettrons toute nouvelle information ou précision rapidement, le cas échéant.

Pour toute demande d’information complémentaire relative aux EHDAA, n’hésitez pas à communiquer avec Annie Primeau, vice-présidente et responsable du dossier EHDAA, à l’adresse suivante : annieprimeau@sepi.qc.ca.

Serafino Fabrizi pour le conseil d’administration du SEPÎ

1er juin 2020, 21 h 00

Déconfinement – Questions et réponses en date du 29 mai 2020

Veuillez prendre note des précisions et mises en gardes qui suivent. Celles qui concernent plus précisément la FGA et la FP vous seront transmises au courant de la semaine.

D’abord, concernant le cas où il y a attente du résultat de test de dépistage de la COVID-19 chez un proche résidant sous le même toit qu’un élève ou une enseignante ou un enseignant, la DGRT mentionne qu’il est important de les sensibiliser à ne pas se présenter à l’école s’il y a un risque d’être atteint ou d’avoir été en contact. Encore une fois, sans être des experts du milieu médical, ce risque nous semble tout à fait probable du simple fait qu’ils partagent la même demeure. Au surplus, il est de notre avis que, bien qu’il ne le soit pas clairement indiqué, ces enseignantes et enseignants devront être rémunérés durant cette période d’attente.

En ce qui a trait à la flexibilité accordée par le MEES afin d’augmenter les heures dans l’horaire de l’élève pour accélérer le parcours scolaire, la DGRT rappelle que les horaires et le temps imparti aux services d’encadrement pédagogiques requis selon les besoins des élèves sont gérés localement et dans le respect des conventions collectives.

Quant aux services offerts aux EHDAA, brièvement, le ministère demande que des contacts fréquents aient lieu entre les enseignantes et les enseignants et leurs élèves, mais aussi entre spécialistes et élèves en fonction des besoins. Tous les élèves qui recevaient des services doivent continuer à recevoir ces services.

Puis, en lien avec le respect (ou le non-respect) des mesures de distanciation sociale, la DGRT stipule que la Direction de l’école est responsable de la mise en place ET de l’application des mesures permettant le maintien d’un environnement sécuritaire pour les élèves et le personnel de l’école.

Concernant la migration du personnel entre deux établissements, la DGRT rappelle à la question/réponse numéro 138, qu’à ce jour, il n’y a pas de contre-indication émise de la Direction de la santé publique à cet effet. Toutefois, il est dorénavant recommandé de réduire ces déplacements, dans la mesure du possible, au minimum. De plus, on mentionne qu’il appartient aux parties locales de prendre les décisions qui s’imposent par l’application des dispositions portant sur les frais de déplacement.

Enfin, la DGRT nous indique qu’en matière de compensation aux enseignantes et aux enseignants pour dépassement tant au primaire qu’au secondaire, les dispositions des conventions collectives s’appliquent dans le respect des conditions connues.

Cliquer ici pour consulter le document

1er juin 2020, 8 h 55

Chaleur excessive et COVID-19

Utilisation des ventilateurs sur pied – Avis de l’INSPQ

Le 6 mai 2020, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a émis un document faisant état des connaissances actuelles sur la viabilité et la transmission du virus SARS-CoV-2 (COVID-19) dans l’environnement intérieur, excluant celui des établissements de santé et autres milieux de soins 1. Aucune étude établissant des liens entre les ventilateurs sur pied et la dispersion du SARS-CoV-2 2 dans l’air intérieur n’a été recensée lors de ce survol de la littérature scientifique.

Toutefois, en se basant sur diverses études, l’INSPQ relate qu’une personne infectée (symptomatique ou non) peut générer un panache de particules infectieuses dans son environnement immédiat si celle-ci n’applique pas les mesures d’hygiène respiratoire appropriées. Les gouttelettes les plus lourdes sont appelées à se déposer rapidement dans un rayon approximatif de 1 à 2 mètres autour de leur source initiale et le maintien du caractère infectieux des microgouttelettes aérosolisées semble dépendre de nombreux facteurs environnementaux et demeure encore un objet de débat. Il en va de même pour la remise en suspension de particules qui, une fois déposées sur les surfaces, pourraient théoriquement constituer une source de contamination virale secondaire.

Dans ce contexte, l’INSPQ indique que l’utilisation d’un ventilateur sur pied à proximité d’une personne infectée pourrait théoriquement étendre le panache de dispersion des gouttelettes expectorées au-delà de 2 mètres et contribuer à la transmission de la COVID-19, si d’autres personnes se trouvent dans le couloir d’air ainsi généré.

Par conséquent, à la lumière des informations disponibles, il semble plausible que des ventilateurs sur pied, au même titre que d’autres appareils s’y apparentant, puissent contribuer à la dispersion de gouttelettes contenant du SARS-CoV-2 en présence de personnes infectées, que celles-ci soient symptomatiques ou non.

Le ventilateur sur pied devrait donc être utilisé avec précaution.

De plus, le 25 mai 2020, l’INSPQ a publié un avis intérimaire sur les mesures de prévention et contrôle des infections pour l’utilisation des climatiseurs mobiles et des ventilateurs sur pied en milieux de soins dans un contexte de COVID-19 3. Il y est rappelé qu’il n’existe pas dans la littérature de données probantes substantielles spécifiques à l’utilisation des climatiseurs mobiles et des ventilateurs sur pied pour des usagers suspectés ou confirmés être atteints de la COVID-19.

À la lumière de la littérature consultée par l’INSPQ, la décision d’utiliser ces appareils dans la chambre et sur une unité où des usagers suspectés ou confirmés être atteints de la COVID-19 sont hébergés doit être soumise localement à une évaluation du risque pour déterminer si les avantages dépassent les désavantages de l’utilisation de ces appareils. Les bénéfices du confort versus la sécurité des usagers et du personnel doivent être étroitement analysés et un environnement sécuritaire et confortable doit être assuré. Cette gestion de risque doit être réalisée en concordance avec les plans de chaleur extrême déjà en place dans les différentes installations.

La même logique devrait donc s’appliquer en milieu scolaire.

Chaleur accablante – Recommandations de la santé publique

Voici les recommandations de la santé publique, telles que rapportées par le sous-ministre Blackburn, le 27 mai 2020 dans une lettre adressée aux directions d’établissements, en prévision des périodes de chaleur accablante. On y retrouve notamment une mise en garde quant à l’utilisation des ventilateurs sur pied :

– Planifier les activités extérieures avant 10h et après 16h;
– Encourager les enfants à boire souvent, sans attendre d’avoir soif. Leur demander d’apporter une gourde d’eau lorsqu’ils vont à l’école et veiller à la remplir régulièrement;
– Maintenir les fenêtres ouvertes jusqu’à 10h le matin pour assurer une bonne ventilation des espaces occupés. Ensuite, fermer les fenêtres, maintenir les portes des classes ouvertes pour assurer une circulation d’air. Fermer les rideaux ou les stores lorsque le soleil brille et ventiler les locaux, si possible, lorsque la nuit est fraîche. Dans la journée, il est recommandé d’assurer un apport de nouvel air au moins trois fois par jour, entre 15 et 20 minutes;
– Utiliser le système de ventilation mécanique centralisé en mode « échange » et à débit élevé, si le bâtiment en est doté;
– Utiliser des ventilateurs sur pied ou des appareils de climatisation (portables, de fenêtre, « split ») en évitant de diriger le flux d’air sortant vers les visages des enfants et de l’enseignant, et ce, selon la disponibilité des appareils;
– Effectuer l’entretien des ventilateurs sur pied ou des climatiseurs de façon régulière ainsi qu’au moment de leur installation ou de leur retrait, et ce, en fonction des consignes du fabricant et des modalités locales.

Nous sommes tout à fait conscients que la mise application de ces recommandations peut représenter un défi pour plusieurs et que de nombreux obstacles peuvent être rencontrés, surtout en contexte de pandémie.

Ainsi, nous vous invitons donc dès maintenant à contacter vos directions afin de leur faire part des problématiques que vous entrevoyez. Par exemple : stores brisés ou rideaux absents, fenêtres qui ne s’ouvrent pas, ventilation déficiente, identifications des personnes responsables de l’entretien des appareils, planification des horaires pour les activités extérieures afin de respecter les règles de distanciation, approvisionnement suffisant en eau potable, contraintes liées au port de certains équipements de protection individuelle (ÉPI), etc.

Veuillez nous tenir informés de vos demandes afin que nous puissions assurer le suivi, si nécessaire.

Chaleur accablante – Mesures de prévention et recours

Au-delà des recommandations émises par la santé publique pour faire face aux périodes de chaleur accablante, nous vous rappelons que la Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) prévoit certaines mesures de prévention en fonction de la température à laquelle un travailleur peut être exposé. Le non-respect de ces mesures peut requérir l’intervention du syndicat ou celle de la CNESST.

La CNESST a produit un outil permettant d’évaluer rapidement le niveau de risque auquel vous êtes exposé lorsque vous travaillez à la chaleur et indiquant les mesures préventives à suivre selon la situation (https://www.cnesst.gouv.qc.ca/Publications/100/Documents/DC100-1125web.pdf). C’est la température de l’air corrigée (TAC) qui doit être utilisée. Il faut ainsi considérer la température de l’air à l’ombre ainsi que l’humidité relative.

Également, si vous avez un motif raisonnable de croire qu’il existe un danger lié à la chaleur accablante pour votre santé, votre sécurité ou celle d’un élève ou collègue, vous devez en informer votre direction et le syndicat, sans tarder.

Pour toute question ou toute problématique en lien avec la chaleur accablante dans votre milieu de travail, vous pouvez vous adresser à Pierre-Luc Gagnon (pierrelucgagnon@sepi.qc.ca), secrétaire-trésorier et responsable SST ou à Sophie Fabris (sophiefabris@sepi.qc.ca), conseillère syndicale.

____________

1 https://www.inspq.qc.ca/sites/default/files/covid/2992-environnement-interieur-qr-covid19.pdf
2  Le virus SARS-CoV-2 est responsable de la pandémie et de la maladie COVID-19.
3 https://www.inspq.qc.ca/sites/default/files/covid/3011-climatiseurs-mobiles-ventilateurs-milieux-soin-covid19.pdf

31 mai 2020, 21 h 00

Ouverture de classes au 1er juin 2020

À la suite de la lettre du ministre acheminée en fin d’après-midi le 29 mai dernier, le SEPÎ est en mesure de vous confirmer que les seuls établissements de la CSPÎ qui ouvriront leurs portes aux élèves les 1er et 2 juin prochains sont les établissements du secteur des adultes et les deux écoles du secteur jeunes du territoire détenant des mandats régionaux (Le Tournesol ainsi que Marc-Laflamme / Le Prélude), et ce, en conformité avec ce qui était prévu au plan d’ouverture de la semaine dernière. Sachez que nous sommes en communication avec la CSPÎ et que toute nouvelle information vous sera transmise avec diligence, le cas échéant.

Pour toute demande d’information complémentaire relative aux EHDAA, n’hésitez pas à communiquer avec Annie Primeau, vice-présidente et responsable du dossier EHDAA, à l’adresse suivante : annieprimeau@sepi.qc.ca.

Annie Primeau pour le conseil d’administration du SEPÎ

29 mai 2020, 12 h 15

COVID-19 et santé mentale

L’actuelle pandémie de la COVID-19 constitue une réalité particulière et inhabituelle. Celle-ci peut affecter le personnel enseignant non seulement sur le plan physique, mais également sur le plan psychologique. Des réactions de stress ou d’anxiété peuvent être vécues par des enseignantes et des enseignants. De manière à minimiser les répercussions de telles réactions, la CNESST a élaboré un aide-mémoire à l’attention de tous les secteurs d’emploi, quant aux risques psychosociaux liés au travail.

Nous vous invitons à en prendre connaissance et à en discuter dans vos milieux, entre vous et avec votre direction.

Vous pouvez également partager avec le SEPÎ et la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) ce que vous observez sur le terrain, en lien avec les risques psychosociaux en complétant le formulaire sur le site Ça cloche? 

Pour toute question ou problématique, nous vous invitons à contacter Pierre-Luc Gagnon, secrétaire-trésorier et responsable SST ou Sophie Fabris, conseillère syndicale.

28 mai 2020

Communiqué de la FAE

La FAE demande à François Legault d’être transparent quant aux cas de COVID-19 dans les établissements scolaires.

Pour lire le communiqué, c’est ici.

21 mai 2020, 13 h 15

Réouverture des centres de la formation professionnelle et de la formation générale des adultes

Depuis l’annonce de la prolongation de la fermeture des établissements primaires et secondaires, les enseignantes et enseignants de la formation professionnelle et de la formation générale des adultes avaient été laissés en plan, sans directives claires du Ministère et de la Direction de la santé publique.

Depuis, le SEPÎ et la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) ont multiplié les interventions pour obtenir des précisions quant aux secteurs de la formation professionnelle et de la formation générale des adultes.

Le 20 mai, le ministre de l’Éducation, M. Jean-François Roberge, a confirmé la reprise des services éducatifs et d’enseignement à la formation professionnelle (voir la lettre à l’adresse suivante : https://www.sepi.qc.ca/wp-content/uploads/images/LM_20-05-2020.pdf). Les cours et examens pourront avoir lieu en classe, en groupe sans dépasser le maximum de 15 élèves.

Pour la formation professionnelle, les enseignements théoriques pourront être donnés à distance, dans la mesure du possible.

Pour la formation générale des adultes, il sera permis de procéder à la passation des examens ministériels et locaux en classe en petit groupe, sans dépasser le maximum de 15 élèves. Les enseignements théoriques devront être donnés à distance.

Les modalités de réouverture des centres seront communiquées aux enseignantes et enseignants par les directions d’établissements.

D’autres précisions suivront par courriel pour les enseignantes et enseignants des centres.

Le conseil d’administration du SEPÎ

21 mai 2020, 10 h 30

QUESTIONS ET RÉPONSES – DÉCONFINEMENT

Des précisions et mises en garde suivront dès que possible.
Vous trouverez la mise à jour du document Questions/réponses en date du 21 mai 2020.

21 mai 2020, 10 h 30

Lettre du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, datée du 20 mai 2020

Principaux points :

– Prolongement de la fermeture des établissements

– Poursuite des apprentissages à distance

– Formation professionnelle et formation générale des adultes en zone chaude

14 mai 2020, 20 h 30

Communiqué SEPÎ

À la suite de l’annonce faite par le premier ministre François Legault le 14 mai 2020, les établissements scolaires primaires et secondaires de la CSPÎ demeureront fermés jusqu’au mois d’août 2020.

En ce qui concerne les secteurs de l’éducation des adultes et de la formation professionnelle, de même que pour les écoles spécialisées, nous sommes dans l’attente des directives ministérielles. Nous vous tiendrons informés le plus rapidement possible.

14 mai 2020, 16 h 15

Communiqué de la FAE

COVID-19 : fermeture des établissements scolaires dans la communauté métropolitaine de Montréal

Le gouvernement devra s’appuyer sur l’expertise des profs qui continueront de soutenir leurs élèves

Montréal, le 14 mai 2020 – À la suite de l’annonce faite par le premier ministre François Legault de fermer, jusqu’au mois d’août 2020, les établissements scolaires primaires et secondaires de la communauté métropolitaine de Montréal (CMM), la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) demande au gouvernement qu’il mette en place des ressources de soutien pour les populations d’élèves vulnérables qui vivent encore plus durement la crise sanitaire. La FAE estime aussi que le gouvernement doit travailler avec les représentantes et représentants des profs dans le cadre des opérations qui doivent être menées non seulement d’ici la fin de la présente année scolaire, mais aussi pour la rentrée scolaire de l’automne 2020. Selon la FAE, la prochaine rentrée scolaire devra, entre autres, permettre aux élèves d’effectuer une importante mise à niveau afin de rattraper les retards provoqués par la situation.

11 mai 2020

QUESTIONS ET RÉPONSES – DÉCONFINEMENT

Attention : Ce document est en constante révision, en fonction des questions posées et l’évolution de la situation. Des ajouts et modifications pourraient donc y être insérés de façon fréquente. Les mises à jour seront publiées au fur et à mesure.

Vous trouverez la mise à jour du document Questions/réponses en date du 10 mai 2020.

11 mai 2020,  7 h 00

La FAE a émis un communiqué ce matin, quant à la réouverture des établissements scolaires dans certaines régions.

« Alors que la pandémie de COVID-19 sévit toujours au Québec, qui demeure la province la plus affectée au Canada, les enseignantes et enseignants qui retournent en classe aujourd’hui ont travaillé d’arrache-pied la semaine dernière dans des conditions particulièrement difficiles. En effet, les délais trop courts fixés par le gouvernement de François Legault pour rouvrir certaines écoles dès le 11 mai ont exercé une pression énorme sur les profs. Tout comme la FAE, les représentantes et représentants des syndicaux locaux ont exigé, pour les profs, leurs élèves ainsi que pour les familles de ceux-ci, que les écoles soient sécuritaires. Je veux témoigner de ma solidarité avec les enseignantes et enseignants du Syndicat de l’enseignement de l’Outaouais (SEO), du Syndicat de l’enseignement de la région de Québec (SERQ) et du Syndicat de l’enseignement de la Haute-Yamaska (SEHY), syndicats affiliés à la FAE, qui seront au front dès ce matin. »

– Sylvain Mallette, président de la FAE

Pour lire le communiqué de presse

8 mai 2020,  15 h 30

TVA Nouvelles (LCN) du 8 mai 2020

Extrait : Le travail pour les 60 ans et plus : un changement de directive qui choque

7 mai 2020,  20 h 00

En direct avec Patrice Roy, ICI Radio-Canada du 7 mai 2020

Extrait : Report au 25 mai 2020 de l’ouverture des établissements scolaires à Montréal

7 mai 2020,  13 h 10

IMPORTANT-IMPORTANT

Sur recommandation de la Direction de la santé publique, le gouvernement  a annoncé aujourd’hui dans le cadre du point de presse, que la période de fermeture des écoles situées sur le territoire de la CMM (SEBL, SERL, SEPÎ, APPM, SEOM, SES) se prolongera jusqu’au 22 mai inclusivement. La réouverture de ces écoles est donc reportée au lundi 25 mai prochain.

6 mai 2020,  18 h 50

QUESTIONS ET RÉPONSES – DÉCONFINEMENT

Attention : Ce document est en constante révision, en fonction des questions posées et l’évolution de la situation. Des ajouts et modifications pourraient donc y être insérés de façon fréquente. Les mises à jour seront publiées au fur et à mesure.

Consulter le document réalisé par le Gouvernement du Québec le 6 mai 2020

6 mai 2020,  17 h 40

Réouverture des établissements scolaires : la FAE exige des clarifications sur l’âge des personnes à risque

La FAE vient d’émettre un communiqué sur le changement de cap du gouvernement quant aux personnes de 60 ans et plus…

« Sur quelles études scientifiques se base la Direction de la santé publique du Québec pour modifier sa propre recommandation? Comment se fait-il que des personnes qui étaient à risque il y a cinq jours ne le soient plus aujourd’hui? Un prof âgé de plus de 60 ans pourrait se voir contraindre de retourner au travail auprès d’enfants alors qu’il ne pourrait pas, selon la même Direction de la santé publique, fréquenter ses propres petit-enfants? Encore une fois, qu’est-ce qui motive vraiment un tel revirement? Une pénurie appréhendée de personnel? Une mauvaise planification en lien avec le plan de réouverture graduelle des établissements scolaires? Nous demandons que des réponses claires soient données ».

– Sylvain Mallette, président de la FAE

Lire le communiqué de la FAE

Source : Facebook de la FAE

4 mai 2020, 11 h 50 / màj : 5 mai 2020, 12 h 00

Guides de normes sanitaires en milieu de travail de la CNESST

Ce guide vise à soutenir les milieux de travail pour la prise en charge de la santé et la sécurité du travail (SST) dans leur milieu de travail. Les mesures proposées doivent être adaptées par les différents secteurs à leurs spécificités pour garantir que les activités puissent reprendre ou continuer dans les conditions les plus sûres et les plus saines possibles dans le contexte de la COVID-19.

En période de crise, il est important qu’ensemble, travailleurs, travailleuses et employeurs et autres acteurs du milieu collaborent afin d’avoir des milieux de travail sains et sécuritaires pour tous! Le dialogue et la coopération sont essentiels pour y arriver.

Consulter le Guide de normes sanitaires en milieu de travail

Consulter le Guide de normes sanitaires en milieu de travail pour le milieu scolaire

Source : CNESST

3 mai 2020, 15 h 45

Plateforme cacloche.lafae.qc.ca

Sylvain Mallette vous présente la nouvelle plateforme Ça cloche? Dites-le nous. Cet outil sécuritaire vous permettra de partager avec votre syndicat local et la FAE ce que vous observez sur le terrain, que ce soit à propos de la distanciation sociale, des directives émises par votre direction d’établissement et votre commission scolaire ou de la disponibilité du matériel de protection, etc. En ligne dès demain!

Source : Facebook de la FAE

3 mai 2020, 9 h 15

QUESTIONS ET RÉPONSES – DÉCONFINEMENT

Attention : Ce document est en constante révision, en fonction des questions posées et l’évolution de la situation. Des ajouts et modifications pourraient donc y être insérés de façon fréquente. Les mises à jour seront publiées au fur et à mesure.

Consulter le document réalisé par le Gouvernement du Québec le 1er mai 2020

2 mai 2020, 20 h 30

Réouverture des établissements scolaires

La réouverture des établissements scolaires annoncée par le ministre Roberge bouscule le monde enseignant comme jamais il ne l’a été. Les conditions de travail relatives à l’organisation du travail et à la tâche sont suspendues en partie et l’état d’urgence sanitaire impose des changements sans précédent dans nos vies et notre travail.

L’incertitude, la confusion et l’improvisation sont au rendez-vous quotidiennement.

Le SEPÎ travaille d’arrache-pied pour assurer à ses membres des conditions d’exercice de leur profession qui respectent les règles de santé et de sécurité au travail.

Dans les dernières semaines ainsi que dans le cadre d’une rencontre tenue avec la commission scolaire, le jeudi 30 avril, nous avons adressé graduellement l’ensemble de vos demandes et de vos préoccupations devant les instances appropriées, dont la direction générale, la direction des ressources humaines, la direction des ressources matérielles et les représentants en matière de santé et de sécurité au travail.

Cette rencontre nous a notamment permis de prendre connaissance des guides sur les procédures d’entretien et de salubrité élaborés par la CSPÎ, d’émettre nos commentaires et recommandations et de rappeler à cette dernière, ses obligations et responsabilités à l’endroit de son personnel et des élèves.

Plusieurs sujets ont été abordés en regard du contenu de ces guides : les équipements et le matériel de protection individuelle, les routes d’entretien ménager des espaces communs et des locaux de classe, la suffisance des produits d’entretien, le redéploiement du personnel d’entretien, les mesures en cas d’urgence ainsi que celles en lien avec les élèves présentant des conditions particulières, les règles liées à la distanciation sociale, les alternatives à l’impossibilité de respecter la distanciation, la réorganisation des locaux, etc.

Nous avons également abordé la question de la réorganisation du travail des enseignantes et enseignants. Le SEPÎ a insisté sur la vision utopique du ministre Roberge quant à ses attentes (exigences) en lien avec l’encadrement pédagogique, le suivi des élèves à la maison et l’ensemble des responsabilités dévolues au personnel enseignant. À ce sujet, malgré la possibilité évoquée par la CSPÎ d’imposer unilatéralement la tâche de ses personnels en vertu des arrêtés ministériels, celle-ci a exprimé sa volonté de faire preuve de souplesse et de flexibilité à cet égard. Cette volonté devrait également être celle des directions d’établissements.

Ainsi, la semaine du 4 mai prochain et la suivante devraient être destinées à la prise de connaissance des mesures de santé et de sécurité, à l’échange d’informations et de préoccupations au sein de l’équipe-école et à l’organisation de l’accueil des élèves, à compter du 19 mai prochain, si la situation le permet. Il est possible que votre direction vous demande d’être présent à l’école pendant quelques heures. Pour le reste, le télétravail devrait se poursuivre. La présence à l’école est permise pour le personnel uniquement.

Par ailleurs, le SEPÎ a réitéré l’importance que cette souplesse et flexibilité annoncées transparaissent également dans le cadre de l’application des mesures de retrait du milieu du travail pour les membres du personnel enseignant présentant des conditions médicales les mettant à risque ainsi que pour ceux et celles qui cohabitent avec une personne présentant de telles conditions. Actuellement, seules les recommandations de l’INSPQ et de la CNESST semblent servir d’assises aux décisions de la CSPÎ. Les demandes de retrait et d’accommodement pour obligations familiales doivent être formulées auprès de votre direction d’établissement ou, en cas de situation particulière, à la CSPÎ.

En terminant, d’énormes pressions sont exercées sur le gouvernement et sur la DGSP afin de maintenir la fermeture des établissements de Montréal-Nord et Rivière-des-Prairies. Le SEPÎ a adressé une lettre au ministre Roberge vendredi, à cet effet. Le SEPÎ suit de près l’évolution de la situation concernant l’augmentation du  nombre de nouveaux cas sur son territoire et n’hésitera pas à maintenir la pression sur le gouvernement et la DGSP et demander le maintien de la fermeture de l’ensemble des établissements de la CSPÎ.

De plus, plusieurs groupes de pression, de nombreux parents et certains analystes politiques remettent publiquement en question la stratégie du gouvernement et de la DGSP quant au plan de déconfinement annoncé.

Étant donné que la situation évolue très rapidement, nous vous invitons à consulter régulièrement vos courriels ainsi que notre site Internet et notre page Facebook (https://www.facebook.com/sepi.syndicat).

Serafino Fabrizi
Président

1er mai 2020, 19 h 30

Le SEPÎ a adressé aujourd’hui une lettre au ministre Roberge concernant une demande du maintien de la fermeture des écoles primaires des quartiers de Montréal-Nord et Rivière-des-Prairies. En raison de l’augmentation importante des cas de COVID-19 dans ces quartiers, le SEPÎ considère qu’il faut que ces établissements demeurent fermés. Il en va de la sécurité de toutes et tous.

Pour lire la lettre, c’est ici 👇

Consulter la lettre adressée au ministre de l’Éducation Jean-François Roberge

1er mai 2020, 13 h 30

Écoles primaires des quartiers de Montréal-Nord et Rivière-des-Prairies

En raison de l’augmentation importante des cas de COVID-19 dans les quartiers de Montréal-Nord et Rivière-des-Prairies, le SEPÎ demande le maintien de la fermeture des écoles de ces quartiers qui sont maintenant les plus touchés par la pandémie dans la métropole, et ce, en attendant d’avoir plus d’informations sur le nombre de cas pour ces secteurs.

Cette position du SEPÎ vise en premier lieu la protection des enseignantes et enseignants et par ricochet de la population en général. Il s’agit de quartiers ayant une surpopulation d’élèves dans plusieurs de ses écoles. Aussi, en raison des risques plus élevés de contamination, les enseignantes et enseignants vivant à l’extérieur de ces quartiers pourraient facilement devenir des vecteurs de transmission pour Montréal et ses environs.

Enfin, cette position est en adéquation avec ce qui a été dit par le gouvernement dans son point de presse de lundi dernier. La situation ayant changé, elle ne semble plus permettre une réouverture des écoles dans ces quartiers. Ceci ne ferait que contribuer à une recrudescence des cas partout et plus particulièrement au sein du corps enseignant.

30 avril 2020, 12 h 20

Réouverture des établissements scolaires : parce qu’il est préférable de réfléchir avant plutôt que de réagir après

La FAE, qui ne s’oppose pas à la réouverture graduelle des établissements scolaires, a demandé au premier ministre François Legault, par voie de communiqué de presse, de veiller à ce que les mesures de sécurité nécessaires soient mises en place et appliquées de manière rigoureuse dans les établissements scolaires visés par une réouverture graduelle.

« La FAE entend continuer de défendre le droit des enseignantes et enseignants et celui de leurs élèves de bénéficier d’un environnement de travail et d’apprentissage sécuritaire. Le premier ministre François Legault ne peut pas se permettre de simplement rouvrir les établissements scolaires, il doit aussi mettre en place des mesures de sécurité et d’hygiène sanitaire qui permettront de lutter efficacement contre la COVID-19. Aujourd’hui, la FAE fait donc connaitre ses demandes afin d’assurer que la réouverture des établissements scolaires se fasse de manière sécuritaire pour les élèves et leurs profs. Ces demandes respectent plusieurs mesures de sécurité pour les travailleurs et les enfants dans les écoles primaires et les services de garde en contexte de COVID-19, et visent à en ajuster certaines autres à la réalité vécue par les profs », indique le président de la FAE, Sylvain Mallette.

Lire le communiqué de la FAE

Source : Facebook de la FAE

28 avril 2020, 21 h 00

Bonsoir,
Veuillez prendre note qu’il y aura une rencontre entre le syndicat et la commission scolaire jeudi matin cette semaine (30 avril). Nous discuterons des enjeux de santé sécurité au travail dans le contexte du retour au travail des enseignantes et enseignants ainsi que celui des élèves. Les enjeux de la tâche seront aussi abordés. De plus, d’autres représentants du syndicat et de la commission scolaire se rencontreront cette même journée afin de discuter des aménagements quant aux moments de détente (récréations).

Ces rencontres ne permettront pas de tout régler, car les défis sont multiples et complexes. Nous sommes face à une situation qui évolue très rapidement. Nous entrons dans une phase cruciale et, assurément, d’autres rencontres avec la commission scolaire suivront cette première. Nous vous invitons à suivre assidument le fil des communications que nous publions.

Serafino Fabrizi
Président

27 avril 2020, 17 h 00

La FAE a émis un communiqué de presse concernant le plan de réouverture des établissements scolaires.

« De toute évidence, le premier ministre François Legault développe ce plan depuis un certain temps, alors que les profs n’ont pas été mis à contribution. Dans les faits, le gouvernement du Québec utilise le réseau des écoles primaires publiques et les centres de formation professionnelle pour construire une immunité collective et relancer l’activité économique du Québec. Nous n’accepterons pas que les profs ne soient pas protégés et qu’ils aillent au front sans armure », a déclaré Sylvain Mallette, président de la FAE.

Source : Facebook de la FAE

27 avril 2020, 14 h 15

IMPORTANT
Veuillez surveiller les prochaines communications qui vous seront acheminées ou publiées sur notre site Web et sur notre page Facebook durant les prochaines heures et les prochains jours. Sachez que sur le plan national, la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) est en contact avec le gouvernement. De notre côté, nous sommes en communication avec la commission scolaire sur une base quotidienne afin de connaître et de s’assurer, notamment, de la mise en place de mesures sanitaires adéquates.

Comme depuis le début de la crise, nous poursuivons les mises à jour des informations pertinentes. À la suite de l’annonce de l’ouverture des écoles faite par le gouvernement le 27 avril, beaucoup de questions demeurent sans réponse. Nous suivons la situation de près et c’est avec diligence que nous vous informerons des prochaines étapes à venir.

L’équipe du SEPÎ

26 avril 2020, 16 h 20

La FAE vient d’émettre un communiqué de presse.

« La Fédération autonome de l’enseignement (FAE) demande au premier ministre François Legault de clarifier la situation en ce qui concerne l’immunité collective lorsqu’il dévoilera demain son plan de réouverture graduelle des établissements scolaires. Alors que le premier ministre François Legault et le directeur de la santé publique du Québec, Dr Horacio Arruda, souhaitent utiliser le réseau des écoles publiques pour construire une immunité collective et permettre la relance économique, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) appelle à la plus grande prudence puisqu’il n’y a pas de preuves, à ce jour, que des personnes déjà infectées soient immunisées. De plus, l’administratrice en chef de la santé publique du Canada, Dre Teresa Tam, partage l’avis de l’OMS et a émis des doutes à l’effet qu’un déconfinement progressif du Québec puisse contribuer à immuniser la population contre la COVID-19.

« La dernière chose dont nous avons besoin en ce moment, c’est que les profs et leurs élèves fassent les frais d’une querelle de chapelle », a tenu à souligner le président de la FAE, Sylvain Mallette.

Pour lire le communiqué, c’est ici.

Source : Facebook de la FAE

22 avril 2020, 15 h 50

La Fédération autonome de l’enseignement (FAE), par voie de communiqué, demande à voir le plan de réouverture des écoles qu’entend déposer le premier ministre Legault, tel qu’annoncé lors de son point de presse.

Nous voulons le commenter et le bonifier afin, avant toute chose, de protéger nos membres et les élèves et d’assurer des conditions pédagogiques équitables pour tous les élèves.

« Le premier ministre Legault n’a pas idée de l’incertitude et des inquiétudes qu’il a provoquées dans le milieu de l’éducation au Québec en annonçant la réouverture graduelle des établissements scolaires, dans certaines régions. Près de 20 % de nos membres ont plus de 55 ans, certains présentent des problèmes de santé ou sont immunodéprimés, certaines enseignantes sont enceintes, d’autres vivent avec des proches plus âgés, etc. De plus, au-delà des considérations de santé, nous ne savons même pas ce que nous devrons faire pendant ces jours d’école, alors qu’il faut faire l’évaluation annuelle de nos élèves et, surtout, préparer la prochaine rentrée qui ne sera pas de tout repos pour les enseignantes et enseignants du réseau des écoles publiques. Le premier ministre Legault et la Direction de la santé publique doivent s’appuyer sur l’expertise des milliers de profs. Il est hors de question que nous acceptions d’être considérés comme de simples exécutants »

– Sylvain Mallette, président de la FAE

Lire le communiqué de la FAE

Source : Facebook de la FAE

21 avril 2020, 20 h 06

Un peu plus de détails… on va finir par avoir une meilleure idée du retour en classe, à force d’obtenir des informations au compte-goutte.

COVID-19: Legault mise sur un retour en classe graduel

Source : Facebook de la FAE

21 avril 2020, 11 h 00

COVID 19 – Prestation canadienne d’urgence (PCU)

La PCU fournit un soutien temporaire de 2 000 $ pour une période de 4 semaines (500 $/semaine), jusqu’à un maximum de 16 semaines.

Voici les récents changements aux règles d’admissibilité :

  • Les travailleuses et travailleurs peuvent gagner jusqu’à 1000 $ par mois pendant qu’ils reçoivent la PCU.

Une travailleuse ou un travailleur qui a subi une diminution d’heure de travail en raison de la COVID-19 peut se qualifier à la PCU si durant une période de 14 jours consécutifs au cours de la période de référence de quatre semaines, il ou elle a reçu ou s’attend à recevoir une rémunération de moins de 1000 $.

Une travailleuse ou un travailleur qui n’a pas subi de réduction de salaire en raison de la COVID-19 n’aura pas droit à la PCU même si elle ou il reçoit moins de 1000 $.

  • Les travailleuses et travailleurs qui ont épuisé leur droit aux prestations régulières de l’assurance emploi et qui ne sont pas en mesure de trouver un emploi ou de retourner au travail en raison de la COVID-19 peuvent avoir droit à la PCU.

Les autres règles d’admissibilité continuent de s’appliquer.

Les changements s’appliquent rétroactivement au 15 mars 2020.

Les détails de la PCU et les façons de faire une demande sont publiés sur le portail de la PCU :

https://www.canada.ca/fr/agence-revenu/services/prestations/faire-demande-pcu-aupres-arc.html

https://www.canada.ca/fr/services/prestations/ae/pcusc-application.html

20 avril 2020, 14 h 10

Dans son point de presse, le premier ministre François Legault vient d’annoncer que l’annonce de la réouverture des établissements scolaires ne se fera pas avant deux semaines. La FAE continue de suivre la situation de près. Prenez-soin de vous!

Source : Facebook de la FAE

16 avril 2020, 9 h 30

Vous êtes nombreux à nous questionner sur l’affectation du personnel enseignant dans le réseau de la santé et des services sociaux.

L’information dont nous disposons actuellement est à l’effet qu’en vertu de l’arrêté ministériel 2020-019 du 11 avril dernier, c’est l’ensemble du personnel des commissions scolaires qui est visé par une éventuelle affectation. L’arrêté permet au gouvernement de redéployer toute personne pour effectuer d’autres tâches ou d’autres fonctions dans le réseau de la santé et des services sociaux et il détermine les conditions de travail qui seront applicables dans ce cadre.

Pour l’instant, l’intention de la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île (CSPÎ) est de ne solliciter qu’un seul secteur du personnel enseignant, soit celui des enseignants du Centre Antoine-de-St-Exupéry pour les programmes d’assistance à la personne en établissement et à domicile et d’assistance à la personne en résidence privée pour ainés. Ceux-ci pourront s’engager de façon libre et volontaire pour prêter main forte au réseau de la santé. Il n’est donc pas question d’affectation obligatoire par la commission scolaire.

Plusieurs nous ont également contacté en lien avec les mesures de sécurité qui seraient mises en place pour un éventuel retour en classe, les règles applicables aux personnes présentant des problématiques de santé et celles destinées aux femmes enceintes ou qui allaitent.

La FAE et le SEPÎ travaillent activement pour obtenir des réponses plus précises aux questions soulevées. Restez donc à l’affut, en consultant régulièrement nos pages Internet et Facebook.

14 avril 2020, 14 h 17

À la suite de la rencontre téléphonique des présidences des organisations affiliées tenue hier, vous trouverez, ci-dessous, un résumé de l’analyse faite de l’Arrêté numéro 2020-019 du 10 avril 2020, signé par la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann. Des réponses ou des précisions sur certains aspects sont attendus, soit de la part du MEES à la FAE, ou des commissions scolaires aux syndicats locaux.

1) Cadre légal
La Loi sur la santé publique, (RLRQ., c. S-2.2) confère à la ministre de la Santé et des Services sociaux des pouvoirs extraordinaires, notamment à l’article 123. Elle a utilisé ces pouvoirs pour adopter l’Arrêté 2020-019. Les syndicats n’ont pas été interpelés par la ministre et aucune discussion avec ces derniers n’a pris place avant l’adoption de cet Arrêté.

2) Personnes visées
L’Arrêté 2020-019 est très large et prévoit que toute personne puisse être redéployée dans le réseau de la santé et des services sociaux. C’est l’ensemble du personnel des commissions scolaires et des collèges qui est visé.

3) Conditions de travail
Les conditions de travail seront celles des conventions collectives applicables au titre d’emploi occupé par l’enseignante ou l’enseignant dans le secteur de la santé et des services sociaux au niveau de la fonction, de l’horaire de travail, de la journée régulière de travail, de la prise de congés, etc.

4) Rémunération et primes
– Jusqu’à concurrence de la semaine normale de travail de 32 heures, le traitement de l’enseignante ou de l’enseignant sera maintenu. Pour la rémunération en temps supplémentaire, l’enseignante ou l’enseignant sera compensé à un taux horaire correspondant à 1/1280 de la rémunération annuelle d’une prestation équivalente à 32 heures par semaine pour toute heure effectuée au-delà de 32 heures dans une semaine donnée, mais jusqu’à concurrence de 40 heures. Au-delà de 40 heures, la même compensation sera applicable, mais majorée de 50%.

– L’enseignante ou l’enseignant qui détenait un contrat à temps partiel dont la tâche d’enseignement était moindre que 100% et qui est redéployé dans une plus grande proportion que son contrat sera rémunéré jusqu’à concurrence de la semaine normale de travail comme une enseignante ou un enseignant détenant un contrat dont la tâche d’enseignement est de 100%. Par la suite, la compensation des heures supplémentaires expliquée plus haut trouvera application.

– L’Arrêté 2020-019 n’est pas précis en ce qui concerne la rémunération des enseignantes et enseignants à taux horaire et nous imaginons que des précisions seront apportées ultérieurement par les autorités gouvernementales.

– L’Arrêté 2020-019 stipule que l’enseignante ou l’enseignant redéployé sera admissible à certaines primes :

– L’enseignante ou l’enseignant qui travaille dans certains milieux énumérés à l’Arrêté numéro 2020-015 de la ministre de la Santé et des Services sociaux en date du 4 avril 2020 (milieux à risque) recevra une prime de 8% applicable sur le salaire prévu à l’échelle de son titre d’emploi pour les heures travaillées dans ce milieu. Cette prime semblerait calculée sur le salaire prévu à l’échelle du titre d’emploi dans lequel l’enseignante ou l’enseignant est redéployé. La personne redéployée, mais ne travaillant pas dans les milieux énumérés à cet arrêté, aura droit pour sa part à une prime de 4%.

– Une compensation monétaire de 15,00$ pour la personne qui effectue une prestation de travail en temps supplémentaire lorsqu’une période de repas est prévue, sous réserve de certaines exceptions.

– Une allocation équivalant à un montant fixe de 30,00 $ pour la personne salariée qui effectue un quart complet de travail en temps supplémentaire de soir, de nuit ou de fin de semaine en compensation des frais de garde d’enfants âgés de 13 ans et moins, sur présentation de pièces justificatives.

5) Consultation
Les syndicats concernés doivent être consultés avant le redéploiement du personnel, et ce, de la façon la plus correcte possible, sauf si l’urgence de la situation ne le permet pas.

Pour prendre connaissance de l’Arrêté 2020-019, c’est ici.

Source : Facebook de la FAE

10 avril 2020, 15 h 00

Aujourd’hui, en point de presse, lors de la période de questions, le premier ministre François Legault a soulevé la possibilité d’une réouverture des écoles d’ici la fin de l’année scolaire. Même si nous comprenons que cela peut créer certaines inquiétudes, nous souhaitons vous rappeler qu’il ne s’agit pas d’une décision, mais bien d’un scénario. Nous aborderons la question avec le ministre de l’Éducation dans le cadre d’une conférence téléphonique qui se tiendra mardi matin. Nous vous tiendrons informés.

Joyeuse Pâques à toutes et tous!

Source : Facebook de la FAE

9 avril 2020, 17 h 25

COVID-19 : La FAE vient de recevoir une directive portant sur la FP et sur l’ÉDA.

Dans le respect des règles qui nous régissent, nous l’avons fait parvenir aux syndicats affiliés. À la lecture, vous constaterez qu’elle soulève de nombreuses questions. C’est pourquoi, nous tiendrons une conférence téléphonique avec le ministre Roberge dès mardi matin. Nous publierons, dès que possible, une version annotée de cette directive.

D’ici là, nous vous invitons à ne pas interpréter son contenu. N’hésitez pas à le faire savoir a votre direction de centre qui pourrait vouloir malheureusement profiter de la situation pour se précipiter…

Lire la lettre du ministre Jean-François Roberge

Source : Facebook de la FAE

8 avril 2020, 18 h 15

COMMUNIQUÉ

La Capitale offre une remise à tous ses clients en assurance automobile

Québec, le 7 avril 2020 – La Capitale Assurance et services financiers offre à tous ses clients en assurance automobile une remise applicable sur leurs primes d’assurance de véhicule de tourisme ou commercial.

« L’effort collectif des Québécois pour respecter les mesures de confinement en lien avec la COVID-19 a un effet tangible sur la fréquence des sinistres automobiles. Il est normal que cette diminution du risque se reflète sur les primes de nos assurés. La Capitale offre donc une remise à tous ses assurés en automobile », a déclaré Jean St-Gelais, président du conseil et chef de la direction de La Capitale Assurance et services financiers.

Lire la suite du communiqué de La Capitale

Source : La Capitale Assurance et services financiers

8 avril 2020

QUESTIONS ET RÉPONSES

Rémunération et fermeture des établissements/déclenchement de contrat et
suppléance occasionnelle/permanence et calcul de l’expérience et ancienneté

 ________________________________________________________________________________________________________________

Q : Suis-je rémunérée durant la période de fermeture des établissements scolaires?

R : Le salaire est maintenu pour l’ensemble des enseignants ayant un contrat de travail.

Enseignants temporaires : rémunération en fonction des heures déjà prévues à l’horaire (horaire connu et convenu) pour la période du 12 mars au 1er mai 2020.

Suppléants : rémunération en fonction des heures déjà prévues à l’horaire (horaire connu et convenu) pour la période du 12 mars au 1er mai prochain.

Les commissions scolaires procèdent à la gestion des contrats de travail comme si les employés étaient présents au travail, et ce, afin d’éviter toute forme de double rémunération pour une même tâche. Cela implique, plus particulièrement, de mettre fin aux contrats de travail au fur et à mesure que les conditions de fin d’emploi se présentent (fin d’invalidité, fin de congés de maternité, fin de congés à traitement différé, etc.).

Source : communiqué du MEES – 3 avril 2020, modifié, p.12 et 13.

   ________________________________________________________________________________________________________________

Q : Concernant les suppléants occasionnels qui remplacent un enseignant absent pour plus de 2 mois, est-ce que cela déclenche un contrat (clause 5-1.11 de l’Entente nationale) lorsque la période de 2 mois est expirée?

R : De manière générale, la clause 5-1.11 s’applique pendant la période de fermeture comme si les personnes étaient au travail.

Source : communiqué du MEES – 3 avril 2020, modifié, p.16.

 ________________________________________________________________________________________________________________

Q : Qu’arrive-t-il avec le calcul de mon expérience, de mon ancienneté et de l’acquisition de ma permanence?

R : L’expérience et l’ancienneté sont reconnues en fonction de l’horaire connu et convenu pour la période du 12 mars au 1er mai 2020.

Le service continu aux fins de l’acquisition de la permanence est reconnu en fonction de l’horaire connu et convenu pour la période de fermeture du 12 mars au 1er mai 2020.

Source : communiqué du MEES – 3 avril 2020, modifié, p.17 et 18.

2 avril 2020, 18 h 15

Voici la version annotée de la directive émise par le ministre de l’Éducation aujourd’hui qui concerne notamment les suivis personnalisés et les trousses pédagogiques.

Les annotations sont numérotées et se retrouvent à la fin du document. Défilez la page entièrement.

Source : Facebook de la FAE

1er avril 2020, 17 h 50

Le ministre Roberge nous informe à l’instant qu’en raison des plus récentes informations quant à l’évolution de la situation, tous les établissements d’enseignement sans exception doivent cesser les démarches entreprises pour la récupération de matériel.

Si toutefois votre direction d’école ou de centre poursuit dans cette voie, informez-en votre syndicat le plus rapidement possible.

Source : Facebook de la FAE

29 mars 2020, 20 h 30

Le sous-ministre Eric Blackburn a fait parvenir une nouvelle directive : «[…] les autorités gouvernementales ont indiqué que la région de l’Estrie ainsi que l’île de Montréal étaient devenues des zones à risques et qu’il était recommandé d’éviter de s’y rendre. […] je vous demande de surseoir à l’opération de récupération des effets personnels et scolaires.»

Pour les autres régions, les opérations de récupération des effets personnels et scolaires ABSOLUMENT NÉCESSAIRES (ref. directive du ministre du 26 mars) peuvent toujours être organisées. Cependant, aucune direction d’établissement ne peut, sous aucun motif, demander au prof de se présenter à l’école durant la période de fermeture.

Informez votre syndicat local si cette situation se produit.

Pour voir la directive du sous-ministre, c’est ici 

Source : Facebook de la FAE

COMMUNIQUÉ DE LA FAE
Pour diffusion immédiate

Négociation des enseignantes et enseignants
La crise sanitaire ne peut justifier un coup de force de la part du gouvernement Legault

Montréal, le 28 mars 2020 – La Fédération autonome de l’enseignement (FAE) demande au premier ministre François Legault ainsi qu’au président du Conseil du trésor Christian Dubé de ne pas profiter de la crise sanitaire provoquée par la pandémie de la COVID-19 pour tenter un coup de force dans le cadre de la phase exploratoire de négociation réunissant des représentantes et représentants de la FAE et du Conseil du trésor. La FAE rappelle que c’est à l’invitation du premier ministre François Legault qu’elle a accepté d’entreprendre, sur une période de quatre semaines, une phase exploratoire. Celle-ci doit permettre d’identifier des solutions concrètes aux difficultés que vivent les enseignantes et enseignants afin de revaloriser leur profession et de reconnaitre leur travail auprès des élèves jeunes et adultes. Nous savons toutes et tous que, lorsque la situation se rétablira, ces difficultés continueront d’exister dans les écoles et les centres.

Lire la suite du communiqué

COMMUNIQUÉ DE LA FAE

Pour diffusion immédiate

COVID-19

La FAE répond à l’appel du gouvernement d’aider les Banques alimentaires du Québec

Montréal, le 26 mars 2020 – Considérant la crise qui sévit en ce moment en raison de la pandémie de COVID-19 et des nombreux impacts que celle-ci entraîne, particulièrement auprès des populations vulnérables, la FAE répond à l’appel du gouvernement et apporte un soutien financier de 20 000 $ aux Banques alimentaires du Québec, dont la mission est de mettre en commun des ressources et des expertises afin de contribuer à l’aide alimentaire aux personnes fragilisées en situation de vulnérabilité.

Lire la suite du communiqué

25 mars  2020, 13 h 45

Dans le cadre de la conférence téléphonique qui s’est tenue le 24 mars en après-midi, et qui réunissait les “partenaires” de l’éducation, le ministre Roberge a indiqué que durant la prolongation de la période de fermeture des écoles et des centres, les élèves ou leurs parents NE POURRONT PAS aller récupérer des objets ou du matériel et ce, malgré l’annonce faite par le gouvernement lors de la conférence de presse de dimanche dernier. CETTE INTERDICTION VAUT AUSSI POUR L’ENSEMBLE DU PERSONNEL. Une directive sera acheminée par le ministre à l’ensemble du réseau. 

De plus, le ministre a rappelé que l’année scolaire n’était pas compromise puisque le 2/3 de celle-ci avait déjà été fait au moment de la fermeture des écoles et des centres. 

Le ministre a aussi rappelé que les profs, en s’appuyant sur leur jugement professionnel et les résultats déjà obtenus par leurs élèves, effectueront l’évaluation des apprentissages. 

Le MEES doit répondre aux nombreuses questions qui se posent pour les secteurs de la FP et l’ÉDA sur la question de l’évaluation des apprentissages et des stages, le cas échéant.

En ce qui concerne les pressions exercées sur les profs pour que ceux-ci “en fassent plus”, nous vous rappelons que des activités qui visent à “consolider les apprentissages” seront mises à la disposition des parents par l’entremise d’un site web, de capsules pédagogiques diffusées sur Télé-Québec et d’une liste d’activités éducatives qui sera acheminée par courriel ou par la poste. Il s’agit d’activités optionnelles mises à la disposition des parents et pour lesquelles aucun processus d’évaluation ne sera mis en place. Les parents qui le veulent pourront faire appel à ces ressources.

25 mars 2020, 12 h 45

Négo 2020 : Comme nous vous l’annoncions vendredi dernier, nous avons accepté d’entreprendre une phase exploratoire de négociation. Nous n’avons pas l’intention de négocier à la va-vite et souhaitons vous rassurer : nous respectons et respecterons nos statuts et règlements, nos instances et le droit des membres de se prononcer sur une éventuelle entente de principes, si entente de principes il y a.

Plus que jamais, la solidarité est de mise!

Source : Facebook de la FAE

23 mars 2020

Questions & réponses – fermeture prolongée des écoles et des centres

Q : Jusqu’à quand les écoles et les centres sont fermés?

R : Les écoles et les centres sont fermés jusqu’au 1er mai 2020, inclusivement, en raison des risques liés à la COVID-19, à la suite de la décision du gouvernement et sur les recommandations de la santé publique.

Q : Est-ce que cette fermeture pourrait se prolonger au-delà du 1er mai 2020?

R : Pour l’instant, la fermeture est prévue jusqu’au 1er mai inclusivement. Tel que l’a mentionné le ministre de l’Éducation, la fermeture des écoles et des centres est une décision de santé publique et leur réouverture doit donc se baser sur celle-ci. La Fédération autonome de l’enseignement (FAE) et ses affiliés suivent la situation de très près. Celle-ci évolue vite et les décisions qui iraient au-delà du 1er mai 2020 seront prises en temps et lieu, si tel devait être le cas.

Q : Est-ce que les profs sont en congés?

R : Les établissements sont fermés jusqu’au vendredi 1er mai 2020 inclusivement. Ainsi, les enseignantes et les enseignants doivent suivre les directives gouvernementales de ne pas se présenter au travail afin de limiter la propagation du virus.

Q : Y a-t-il des cours et des leçons données pendant cette période par les enseignantes et enseignants?

R : Non, le gouvernement mettra progressivement à la disposition des parents et des élèves, dès la semaine prochaine, soit le 30 mars, des vidéos pédagogiques, proposées par le ministère de l’Éducation et diffusées à la télévision publique, une trousse en ligne de ressources et des activités pédagogiques optionnelles.

De plus, puisque le contexte actuel constitue un défi important d’organisation familiale, les parents n’ont pas à se transformer en enseignantes et enseignants. Le but est de maintenir les acquis avec les activités suggérées.

Q : Qu’en est-il des élèves en formation professionnelle et en formation générale des adultes?

R : La FAE demandera des précisions à cet effet afin d’éclaircir ces directives. Nous vous reviendrons rapidement.

Q : Qu’en est-il du cheminement pédagogique des élèves en difficulté?

R : Nous sommes tout à fait conscients des défis que cela représente pour les parents d’élèves en difficulté. Tel que prévu par le gouvernement, ces élèves pourront bénéficier du soutien offert par des professionnels. Ils auront aussi accès à des services éducatifs complémentaires ainsi qu’aux outils technologiques adaptés à leurs besoins.

Q : Les enseignantes et les enseignants doivent-ils réponde aux demandes des directions d’établissements en ce qui concerne la planification de la prochaine année scolaire?

R : Nous avons été informés que, malgré les directives du ministre Roberge à l’effet que les écoles et les centres sont fermés jusqu’au 1er mai 2020, certaines directions d’établissements continuent d’exercer des pressions sur le personnel enseignant. Ces directions d’établissements tentent de faire croire que l’année scolaire se poursuit, malgré la pandémie qui touche l’ensemble des citoyennes et des citoyens, dont font partie les profs. Nous invitons tous les acteurs du milieu à ne pas ajouter de crise à la crise. La situation évolue très rapidement et la priorité est d’abord la santé publique de tous. Vient ensuite la consolidation des acquis des élèves. C’est là-dessus qu’il faut actuellement se concentrer.

Q : Les élèves devront-ils reprendre leur année actuelle?

R : Les élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire n’auront pas à reprendre l’année scolaire actuelle. Le passage des élèves au niveau suivant ou non sera basé sur le jugement professionnel de l’enseignant de l’élève en fonction des deux premiers bulletins. Dans tous les scénarios envisagés, les épreuves ministérielles n’auront pas lieu.

Des compléments d’informations sont attendus concernant les centres d’éducation des adultes et de formation professionnelle. Nous vous reviendrons dès que possible.

Q : Les enseignantes et les enseignants peuvent-ils aller récupérer des effets dans les écoles et les centres?

R : La directive émise par le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, demeure la même : les enseignantes et les enseignants ne peuvent pas aller récupérer des effets personnels dans les écoles et les centres, et ce, au moins jusqu’au vendredi 1er mai 2020 inclusivement.

Source : FAE

COVID-19 arrêté ministériel du 22 mars 2020

Veuillez trouver ci-joint une correspondance du sous-ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur relativement à un arrêté pris par la ministre de la Santé concernant la pandémie du coronavirus.

Lettre d’Eric Blackburn

Arrêté numéro 2020-008 de la ministre de la Santé et des Services sociaux

BÉNÉVOLAT

Pour les enseignantes et enseignants qui désirent s’impliquer dans la communauté et faire du bénévolat, dans la mesure où vous avez suivi les directives de respecter les délais concernant la quarantaine, nous vous proposons le lien suivant : https://www.accesbenevolat.org/.

23 mars 2020, 14 h 45

Lettre d’Eric Blackburn datée du 22 mars à l’intention des partenaires du réseau de l’éducation

Objet : Prolongation de la fermeture des établissements scolaires

Madame, Monsieur,

Le gouvernement du Québec a pris la décision de prolonger la fermeture de tous les établissements scolaires, publics et privés, jusqu’au 1er mai inclusivement, en raison des risques liées à la COVID-19.

Nous sommes conscients des impacts que cette fermeture occasionne, mais les enjeux de santé publique nécessitaient que cette décision soit prise. Je profite de cette communication pour vous signifier à quel point nous trouvons remarquable votre volonté de soutenir notre réseau en cette période difficile.

Lire la suite de la lettre

22 mars 2020, 13 h 59

Voici les informations importantes pour les profs :

– Tous les établissements scolaires au Québec sont fermés jusqu’au 1er mai 2020 inclusivement.

– Il n’y aura pas d’examens du ministère.

– Les établissements scolaires doivent rester fermés jusqu’à nouvel ordre. Il est donc impossible de retourner dans les écoles ou les centres pour récupérer quelque matériel que ce soit. Une direction d’établissement ne peut pas demander aux enseignantes et enseignants de retourner dans son école ou dans son centre pour quelque raison que ce soit.

– Le gouvernement du Québec mettra à la disposition des parents, à partir du 30 mars, un site Web pour leur suggérer des activités et des ressources destinées à leurs enfants.

– À partir du 6 avril, les parents devraient recevoir de la part du ministère de l’Éducation, par courriel ou par la poste, une liste d’activités destinées à leurs enfants.

– Le gouvernement du Québec fera appel à Télé-Québec pour la diffusion de capsules pédagogiques.

– Les enseignantes et les enseignants, en s’appuyant sur leur jugement professionnel, seront appelés au moment opportun, à évaluer les apprentissages de leurs élèves en s’appuyant notamment sur les résultats cumulés par ceux-ci depuis le début de l’année. Il n’y aura donc pas de promotion automatique.

– Le premier ministre, François Legault, a rappelé l’importance de continuer de poser des gestes de solidarité auprès des plus vulnérables. Les profs sont présents auprès de ces gens et continueront de l’être dans cette crise.

– Durant la période de fermeture des établissements scolaires, la rémunération du personnel enseignant est maintenue.

Pour toute question concernant votre contrat de travail, n’hésitez pas à joindre votre syndicat local.

Source : Facebook de la FAE

22 mars, 13 h 12

C’est maintenant officiel. Les écoles et les centres demeurent fermés jusqu’au 1er mai inclusivement. Aussi, il n’y aura pas d’examens du ministère.

Pour l’instant, les directives demeurent les mêmes. La Fédération autonome de l’enseignement (FAE) sera en discussion avec le ministre de l’Éducation pour la suite des choses. Vos représentantes et représentants locaux (tel que le SEPÎ) seront informés le plus rapidement possible.

Nous profitons de l’occasion pour dire combien les nombreux gestes de solidarité que posent les enseignantes et enseignants auprès de leurs proches et des plus vulnérables sont importants et appréciés!

D’ici là, pour toutes questions, vous pouvez compter sur votre syndicat local. La FAE est en contact direct avec chacun d’entre eux.

Source : Facebook de la FAE

20 mars 2020, 20 h 00

QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES

Réponses validées pour la période de fermeture se terminant le 27 mars 2020

__________________________________________________________________________________________________________________________________

RÉMUNÉRATION

Q. Les personnes suppléantes qui, préalablement à la fermeture des établissements scolaires, avaient des suppléances prévues à leur horaire seront-elles également rémunérées pour ces suppléances? ​ 

R. Tous les suppléants prévus à l’horaire seront rémunérés selon les heures déclarées.

Q. Les enseignants à contrat qui, préalablement à la fermeture des établissements scolaires, avaient également des suppléances prévues à leur horaire seront-ils également rémunérés pour ces suppléances? ​

R. Tous les suppléants prévus à l’horaire seront rémunérés selon les heures déclarées.

Q. Les personnes suppléantes qui, préalablement à la fermeture des établissements scolaires, remplaçaient un enseignant absent pour une durée indéterminée continueront-elles d’être rémunérées? ​

R. Oui, elles seront rémunérées jusqu’au retour annoncé de la personne absente.

Q. Les personnes suppléantes qui remplaçaient un enseignant absent pour une durée déterminée continueront-elles d’être rémunérées? ​

R. Oui, elles seront rémunérées jusqu’au retour annoncé de la personne absente.

Q. Les enseignants à taux horaire (ceux qui ne font que du taux horaire parce qu’ils sont non légalement qualifiés ou parce qu’ils n’ont pas encore cumulé leurs heures pour l’obtention d’un contrat (clauses 11-7.08 et 13-7.08 de l’Entente nationale)), continueront-ils d’être rémunérés?

R. Tous les enseignants à taux horaire prévus à l’horaire seront rémunérés selon les heures déclarées.

__________________________________________________________________________________________________________________________________

DÉCLENCHEURS DE CONTRATS

Q. Les personnes suppléantes dont le cumul de temps (2 mois) pour l’obtention d’un contrat (clause 5-1.11 Entente nationale) a été interrompu par la fermeture des établissements scolaires obtiendront-elles ce contrat?

R. ​La commission scolaire continuera d’appliquer la convention collective; si un contrat se déclenche en vertu de cette clause – le contrat sera effectif.

Q. Les enseignants à taux horaire (ceux qui ne font que du taux horaire parce qu’ils sont non légalement qualifiés ou parce qu’ils n’ont pas encore cumulé leurs heures pour l’obtention d’un contrat (clauses 11-7.08 et 13-7.08 de l’Entente nationale)) dont le cumul d’heures a été interrompu par la fermeture des établissements obtiendront-ils ce contrat?

​R. ​La commission scolaire continuera d’appliquer la convention collective; si un contrat se déclenche en vertu de cette clause, il sera effectif.

__________________________________________________________________________________________________________________________________

AJUSTEMENT SALARIAL APRÈS 20 JOURS

Q. Les personnes suppléantes dont le cumul des 20 jours de remplacement pour l’obtention du salaire à l’échelle (clause 6-7.03 D) Entente nationale) a été interrompu par la fermeture des établissements seront-elles payées à l’échelle?

R. Ces cas sont identifiés par le système de la paye de la commission scolaire et le salaire sera ajusté.

__________________________________________________________________________________________________________________________________

CUMUL DE L’EXPÉRIENCE

Q. Les enseignants qui n’auront pas atteint le nombre requis de jours de travail pour l’augmentation d’échelon salarial, en raison de la fermeture des établissements, pourront-ils quand même monter d’échelon? ​

R. La commission scolaire reconnaitra la période de fermeture des établissements scolaires comme étant du temps travaillé et permettra l’avancement d’échelon.

__________________________________________________________________________________________________________________________________

DEMANDE DE CONGÉ SANS TRAITEMENT OU DE RETRAITE PROGRESSIVE

Q. Quelle est la date limite pour faire une demande de congé sans traitement ou une demande de retraite progressive?

R. La commission scolaire a prolongé le délai au 15 avril 2020.

Q. Pour les demandes de congés partiels sans traitement, il faut normalement l’autorisation de la direction. Comment les enseignants devraient-ils procéder?

​R. La commission scolaire suspend l’utilisation du formulaire et accepte les autorisations par courriel de la part des directions. Donc, l’enseignant doit adresser sa demande à sa direction et cette dernière fera parvenir sa réponse (accord ou refus) à la commission scolaire.

__________________________________________________________________________________________________________________________________

CONGÉ DE MATERNITÉ OU AUTRES CONGÉS

Q. Y a-t-il possibilité de report de la date de congé de maternité ou autre congé, puisque les écoles sont fermées, si ces congés ne sont pas encore commencés?

R. ​La commission scolaire acceptera le report.

20 mars 2020, 16 h 30

COMMUNIQUÉ DE LA FAE
Pour diffusion immédiate

Négociation des enseignantes et enseignants
La FAE accepte d’entreprendre une phase exploratoire

Montréal, le 20 mars 2020 – La Fédération autonome de l’enseignement (FAE) annonce aujourd’hui qu’elle accepte l’invitation faite par le gouvernement du Québec d’entreprendre une phase exploratoire dans le cadre de la négociation qui doit permettre de renouveler le contrat de travail des enseignantes et enseignants. Cette annonce est faite à la suite des échanges qui se sont déroulés ce matin avec l’ensemble des présidences des organisations affiliées à la FAE. Dans le cadre de cette phase exploratoire, et conformément aux règles internes régissant la négociation, la FAE convoquera, le cas échéant, ses instances décisionnelles dans le respect des règles édictées par la Direction de la santé publique.

Lire la suite du communiqué

Communication du 19 mars 2020 aux employé(e)s de la CSPÎ
(courriel du directeur général de la CSPÎ)

Aux employé(e)s de la CSPÎ,

Comme vous le savez, la situation entourant la pandémie de coronavirus évolue très rapidement. Nous sommes en communication constante avec le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES), qui ajuste régulièrement ses directives afin de limiter la propagation du virus. Soyez assurés que nous vous tiendrons rapidement informés de l’évolution de la situation.

Les services offerts par le centre administratif sont maintenus, moyennant certaines adaptations visant à favoriser le télétravail.

À cet égard, nous tenons à souligner le travail exceptionnel accompli par nos employés qui travaillent sans relâche pour mettre en place les directives du MEES et assurer la prestation des services essentiels (réception, paie, dotation, sécurité et salubrité des bâtiments, etc.). Soulignons également le travail des employés des Services des technologies de l’information et des communications, qui sont à pied d’œuvre pour mettre en place les conditions permettant le télétravail, tout en ayant une préoccupation pour la sécurité de l’information.

Lire la suite du message du directeur général de la CSPÎ

18 mars 2020, 20 h 45

Arrêté ministériel du gouvernement du Québec concernant la suspension de certaines clauses de conventions collectives dans le secteur public

Nous savons que vous êtes nombreux à vous interroger sur le récent arrêté ministériel du gouvernement du Québec.

Cet arrêté ministériel découle de l’état d’urgence sanitaire en lien avec la pandémie de coronavirus et suspend certaines clauses des conventions collectives dans le secteur public. Il permet notamment le redéploiement de certains employés de la fonction publique dans une autre fonction ou dans un autre lieu, selon les besoins.

Selon les informations disponibles à ce jour, la CSPÎ a assuré au SEPÎ que son personnel enseignant ne sera PAS TOUCHÉ par la mise en application de ce décret et qu’il n’y aura pas de modification à leurs conditions de travail au moins jusqu’au 27 mars prochain.

Compte tenu de l’évolution de la pandémie, les mesures applicables postérieurement au 27 mars prochain restent à déterminer.

D’autres informations suivront ultérieurement.

Pour toute question, vous adresser à Sophie Fabris (sophiefabris@sepi.qc.ca).

18 mars 2020, 16 h 30

COVID-19 – Assistance d’urgence pour voyageurs

Considérant les appels du gouvernement fédéral canadien à rapatrier les ressortissantes canadiennes et ressortissants canadiens au pays, certains de nos membres actuellement en voyage éprouvent peut-être des difficultés à revenir et pourraient avoir besoin d’une assistance d’urgence.

Voici les différents moyens mis en place par le gouvernement fédéral :

Site Web : https://voyage.gc.ca/assistance/assistance-d-urgence
Courriel : sos@international.gc.ca
Formulaire en ligne : https://voyage.gc.ca/assistance/assistance-d-urgence/demande-aide-urgence
Téléphone (appel à frais virés) : 613-996-8885

16 mars 2020, 20 h 20

Programme d’aide temporaire aux travailleurs (PATT)

Le gouvernement du Québec vient d’annoncer la mise sur pied d’un programme d’aide temporaire aux travailleurs qui doivent s’isoler en raison du coronavirus.

Ce programme est destiné à offrir une aide financière pour répondre aux besoins des travailleurs qui ne peuvent gagner en totalité leur revenu de travail et qui ne sont pas admissibles à un autre programme d’aide financière en raison d’un isolement pour contrer la propagation du virus COVID-19.

Plus précisément, ce programme vise les personnes suivantes :

  • Les personnes qui ont contracté le virus;
  • Les personnes qui ont les symptômes du virus : fièvre, toux, problèmes respiratoires;
  • Les personnes qui ont été en contact avec des personnes infectées;
  • Les personnes qui reviennent de l’étranger.

Pour les personnes éligibles, un montant de 573,00 $ / semaine sera octroyé et ce, pour une période d’au plus un mois, si nécessaire. Les paiements seront faits par dépôt bancaire ou par carte prépayée, pour éviter que les gens aient à se déplacer dans le contexte actuel.

Ce programme pourrait être modifié en fonction de la mise en place éventuelle d’autres programmes par le gouvernement fédéral.

Un formulaire de demande sera disponible en ligne ce jeudi 19 mars et les paiements devraient se faire dans les 48 heures de la demande. Les déclarations en lien avec ces demandes reposeront sur la bonne foi des individus.

Pour plus d’information, vous pouvez consulter l’adresse suivante : https://www.quebec.ca/famille-et-soutien-aux-personnes/aide-financiere/programme-aide-temporaire-aux-travailleurs.

Source : point de presse économique du 16 mars 2020 du gouvernement du Québec (Premier ministre, François Legault, du ministre du travail, de l’emploi et de la solidarité sociale, Jean Boulet et du ministre des finances, Eric Girard)

16 mars 2020, 20 h 15

Demande de prestation d’assurance-emploi

*** Ne vise PAS les enseignants permanents, à contrat ou à taux horaire qui reçoivent leur rémunération de la commission scolaire, durant la fermeture des établissements ***

Le SEPÎ vient d’obtenir les informations suivantes de la part de la direction générale de la

Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île (CSPÎ), en lien avec la question de l’assurance-emploi :

  • Tous les relevés d’emploi seront produits par la commission scolaire, de façon massive, pour tous corps d’emploi pour lesquels il y aura arrêt de paiement.
  • La production de ces relevés d’emploi se fera dans la semaine du 23 mars 2020.
  • La transmission des relevés d’emploi sera faite de façon automatique par la commission scolaire à l’assurance-emploi donc aucune copie papier ne vous sera fournie. Il s’agit, en fait, de la même procédure que pour la période estivale.

Votre demande de prestation pourra se faire en ligne, sur le site du gouvernement du Canada : https://www.canada.ca/fr/services/prestations/ae/assurance-emploi-reguliere/demande.html.

Après le 27 mars, si votre relevé d’emploi n’est toujours pas émis ou pour toutes questions vous pouvez communiquez avec madame Lyne Marchesseault, responsable à la commission scolaire, au 514-642-9520 poste 19878 ou par courriel au lyne-marchesseault@cspi.qc.ca.

Vous pouvez également communiquer avec Sophie Fabris, conseillère syndicale au SEPÎ à l’adresse suivante: sophiefabris@sepi.qc.ca.

16 mars 2020, 15 h 00

Communiqué pour diffusion immédiate

COVID-19

La FAE prend des mesures préventives

Montréal, le 16 mars 2020 – En raison de la propagation de la COVID-19 au Québec ainsi que des mesures gouvernementales annoncées par le premier ministre François Legault, la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) prend des mesures préventives.

Tout d’abord, à la demande du président du Conseil du trésor, Christian Dubé, la FAE accepte de suspendre les rencontres des tables de négociation sectorielle et intersectorielle jusqu’au 5 avril 2020. D’ici là, le comité de négociation de la FAE poursuivra ses travaux. La décision a été confirmée ce matin, à la suite d’une conférence téléphonique qui réunissait les présidences des syndicats affiliés à la FAE. « La situation exige que nous répondions à l’appel du gouvernement et que nous posions, comme organisation, les gestes qui permettront de ralentir la progression du virus. La santé de toutes les citoyennes et de tous les citoyens constitue une responsabilité individuelle et collective. De plus, la FAE tient à souligner, encore une fois, le travail des personnels du réseau de la santé, mais aussi de l’éducation et des services essentiels, qui assurent des services à la population », a tenu à souligner le président de la FAE, Sylvain Mallette.

Lire la suite du communiqué 

15 mars 2020, 18 h 45

PRÉSENCE DES ENSEIGNANTS DANS LES ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES ET TRAVAIL À LA MAISON

Certains établissements scolaires offriront dès lundi matin, des services de garde aux parents d’enfants qui travaillent dans le réseau de la santé ou qui occupent un emploi jugé essentiel.

Il est essentiel que seul le personnel qui est requis se présente sur les lieux de travail et que les enseignants qui seraient tentés de profiter de l’occasion pour récupérer leur matériel de travail ou leurs effets personnels s’en abstiennent.

En effet, les directives ministérielles sont claires : les établissements scolaires sont fermés, les enseignants n’ont absolument aucune obligation de fournir quelque prestation de travail que ce soit et les mesures de confinement prescrites par le gouvernement et par la santé publique ont un objectif assez clair : réduire la courbe de contagion et sauvegarder le système de santé.

« Le succès de l’abaissement de la courbe de propagation dépend du respect des mesures annoncées » – Dr Horacio Arruda, directeur nationale de la santé publique du Québec.

Donc, à moins d’une urgence, nous vous recommandons de ne pas vous présenter sur votre lieu de travail et ce, même si votre direction vous l’autorise. Vous contribuerez ainsi à l’effort collectif mis en place afin de réduire la propagation du virus et de sortir de cette crise le plus rapidement possible.

___________________________________________________________

Extraits Du point de presse du ministre de l’éducation, M. Roberge 2020, du ministre de la famille, M. Lacombe, 15 mars 2020 (en lien avec les services de garde dans les écoles).

« Prendre soin des enfants pour que les parents puissent prendre soin des malades » – Ministre Lacombe

« Le réseau est fermé pour l’ensemble de la population, sauf pour les parents qui ont des enfants, les parents donc qui sont dans le réseau de la santé ou qui occupent un emploi jugé essentiel … » – Ministre Lacombe

« On fait des lieux plus petits pour limiter la propagation » – Ministre Roberge

« La consigne c’est on reste à la maison, on est en isolement, on évite les regroupements et on n’ouvre pas les écoles pour aller chercher des effets qu’on pourrait avoir oublié. On les retrouvera après le 27 mars » – Ministre Roberge

 « Toutes les activités non essentielles sont suspendues … tout ce qui n’est pas essentiel, tout ce qui n’est pas primordial est suspendu » – Ministre Roberge

« La consigne qu’on donne aux directions d’établissements c’est que vous ne pouvez pas forcer les enseignants, les professeurs, à donner des cours à partir de chez eux. » – Ministre Roberge

« Schools are closed. Elementary schools and High schools are closed. We are making an exception some daycares for the essential service workers but the rule is the schools are closed. We don’t expect the teachers from elementary schools or high schools to continue doing their work at home. We don’t expect that the teachers will send some work, some homework to the kids at home.” – Ministre Roberge

15 mars 2020, 15 h 25

Coronavirus – Suivi

Rémunération

Voici les plus récentes informations reçues de la part de la direction générale du centre de services scolaires (ex-commission scolaire), en lien avec la rémunération des enseignants.

À compter du lundi 16 mars et pour les deux semaines qui suivent :

Enseignants réguliers et à contrat à temps partiel : vous serez rémunérés en fonction de ce qui était prévu à votre contrat.

Enseignants à taux horaire, à la leçon et les suppléants occasionnels : si vous étiez déjà requis au travail, avant la fermeture des établissements scolaires, vous serez rémunérés conformément à ce qui était prévu comme prestation de travail.

Pour ceux qui n’étaient pas requis au travail, vous pourrez faire une demande de prestations régulières à l’assurance-emploi. Dès lundi, 16 mars, la CSPÎ mettra tout en œuvre pour émettre les documents appropriés.

Enseignants en quarantaine (médicale) : Les prestations de maladie de l’assurance-emploi offrent jusqu’à 15 semaines de remplacement du revenu aux prestataires admissibles qui sont incapables de travailler en raison d’une mise en quarantaine pour qu’ils puissent prendre le temps de recouvrer la santé avant de retourner au travail. Nous vous référons au site internet du gouvernement du Canada destiné à cette question : https://www.canada.ca/fr/emploi-developpement-social/ministere/avis/coronavirus.html.

Accès aux établissements

La FAE nous informait plus tôt ce matin qu’une certaine confusion aurait été provoquée par certains gestionnaires qui auraient conviés les enseignants à retourner dans leur établissement en fin de semaine ou lundi.

Une nouvelle directive sera donc acheminée incessamment, par le gouvernement, aux directions générales des centres de services. Cette directive vise à rappeler que tous les établissements scolaires (écoles et centres) sont fermés, conformément à la décision prise par le gouvernement.

Prestation de travail durant la fermeture des établissements

Le ministre de l’éducation, François Roberge, a indiqué en conférence de presse que les enseignants n’ont pas à enseigner à distance et n’auront pas à reprendre leur temps.

D’autres informations suivront.

Pour toute question, vous pouvez communiquer avec Sophie Fabris (sophiefabris@sepi.qc.ca), conseillère syndicale au SEPÎ.

15 MARS 2020, 14 h 40

Voici la lettre qui rappelle la fermeture des établissements scolaires au moins jusqu’au 27 mars prochain.

Enseignantes et enseignants, nous vous invitons à respecter la directive. Nous sommes d’avis que la priorité, que toutes et tous doivent partager, c’est de ralentir la progression de la COVID-19. Cela exige que nous adoptions un comportement qui s’appuie sur la prudence et le respect des consignes émises par la Direction de la santé publique et le gouvernement. En ce sens, il est judicieux de limiter nos déplacements.

Nous profitons l’occasion pour saluer et remercier chaleureusement le travail des personnels scolaires qui continue de travailler dans les centres administratifs ainsi que celles et ceux qui sont appelés à organiser les services de garde ouverts pour le personnel de la santé et pour celles et ceux du réseau scolaire qui doivent être présents au travail. Solidarité‼️

Source : Facebook de la FAE

AUX DIRIGEANTES ET DIRIGEANTS DES ÉTABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT DES RÉSEAUX DE L’ÉDUCATION ET DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

Objet : Précisions concernant la fermeture des établissements d’enseignement

Madame,
Monsieur,
Dans le contexte actuel, je tiens à vous informer de façon régulière de l’évolution de la situation. Voici donc des précisions liées à la fermeture de tous les établissements des
réseaux de l’éducation et de l’enseignement supérieur, publics et privés.

En ce qui concerne le réseau scolaire, toutes les écoles et tous les centres de formation sont fermés jusqu’au 27 mars inclusivement. Pendant cette période, l’ensemble du personnel des écoles n’a pas à se présenter au travail. Le salaire est maintenu.

Lire la suite du communiqué

13 mars 2020, 13 h 10

COMMUNIQUÉ DE LA FAE
Pour diffusion immédiate

COVID-19
Fermeture des établissements scolaires au Québec : le gouvernement prend la bonne décision

Montréal, le 13 mars 2020 – La Fédération autonome de l’enseignement (FAE) salue la décision du gouvernement de François Legault de fermer tous les établissements scolaires du Québec, en raison de la propagation de la COVID-19.

« Depuis plusieurs jours, mais particulièrement depuis hier, les enseignantes et enseignants étaient inquiets quant à leur santé, à celle de leurs proches, de leurs collègues et de leurs élèves. Tous se posaient beaucoup de questions auxquelles il y avait peu de réponses. La Fédération autonome de l’enseignement salue donc la sage décision du premier ministre François Legault de fermer tous les établissements scolaires du Québec au moins jusqu’au 30 mars 2020, puisque celle-ci se veut dans l’intérêt des élèves et des profs, mais aussi de tous les personnels en éducation et de la population québécoise », a déclaré le président de la FAE, Sylvain Mallette.

Pour lire la suite du communiqué

13 mars 2020, 11 h 10

Nous attendons la confirmation de cette nouvelle à 11 h 30 lors du point de presse du premier ministre.

Coronavirus: les écoles, les cégeps et les universités seront fermés pour deux semaines au Québec

Référence : https://www.journaldemontreal.com/2020/03/13/la-fermeture-de-toutes-les-ecoles-envisagee?fbclid=IwAR1d19mUNNyTCcB-kv3q7RtiJeNoKupxql-EXIk1I2nN0wow1ROP7vfC6Qg

Bonsoir,

Nous vous invitons à prendre connaissance du message du Centre de services scolaire (commission scolaire) qui vient d’être publié sur son site Web. L’ensemble de ses écoles et centres ainsi que le siège social seront fermés demain, vendredi 13 mars 2020, pour la journée. Nous suivons la situation de près et nous vous informerons de toute nouvelle information selon l’évolution de la situation.

Serafino Fabrizi, président

Référence : https://www3.cspi.qc.ca/cspi/publications/nouvelle/vendredi-7-fevrier-tous-les-etablissements-de-la-cspi-sont-fermes

Québec, le 12 mars 2020

LETTRE AUX DIRIGEANTES ET AUX DIRIGEANTS DES ÉTABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT DES RÉSEAUX DE L’ÉDUCATION ET DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

Madame, Monsieur,
La situation actuelle concernant la COVID-19 soulève de grandes préoccupations. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a officiellement déclaré, mercredi dernier, le statut de pandémie pour la COVID-19. Afin de limiter la propagation du virus, plusieurs pays imposent déjà des restrictions d’entrée aux voyageurs en provenance de certains territoires. Pour sa part, la priorité du gouvernement du Québec est la santé et la sécurité, non seulement des citoyens et de ses employés, mais également de ceux et celles qui œuvrent dans ses organisations partenaires, dont la vôtre. Dans ce contexte, le gouvernement du Québec a émis aujourd’hui de nouvelles directives.

Lire la suite de la lettre

Le SEPÎ attend actuellement des instructions de la part de la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île (CSPÎ), en lien avec les récentes déclarations du ministre Legault quant à la mise en isolement des voyageurs et à la tenue ou la participation à des événements publics de plus de 250 personnes.

Nous vous invitons à vérifier régulièrement vos courriels afin de connaitre les directives officielles au sujet de la pandémie, compte tenu des changements qui peuvent survenir d’heure en heure.

Pour toute question, vous pouvez communiquer avec Sophie Fabris ou Maya Gagnon, conseillères syndicales.

Serafino Fabrizi, président

CORONAVIRUS (COVID-19)

Des questions sur vos protections d’assurance voyage?

Obtenez des réponses en consultant la Foire aux questions sur le site de La Capitale :

https://www.lacapitale.com/fr/coronavirus#